Marc Sanchez / Une histoire de famille


> Épisode 1 : de 1830 à 1908


1830

Il ne s’agit pas, ici, de raconter la longue et complexe histoire de l’Algérie mais plutôt de rechercher les quelques traces qui pourraient subsister, dans les documents et dans les mémoires, de la famille Sanchez et de ses ancêtres qui s’installèrent dans ce pays à la fin du XIXe siècle et au début du XXe.

C’est un demi-siècle plus tôt, très exactement le 5 juillet 1830, que la France décide d'occuper un territoire nouveau, situé au nord de l’Afrique et qui ne porte pas encore le nom d’Algérie. Opérations militaires, affrontements avec les Turcs Ottomans de l’Émir Abd-el-Kader qui sont installés dans la région, opposition des populations à l’assimilation qui leur est imposée, conquêtes des ports du littoral, composent l’actualité d'une décennie qui verra apparaître les premières cartes réunissant un ensemble de régions que l'on décida alors de nommer « Algérie » et dont les frontières avec les autres États du Maghreb, la Tunisie et le Maroc, n'étaient pas définies.

Cette situation territoriale des origines particulièrement floue et qui faisant l'objet d'incessants conflits est commentée dans une émission de radio réalisée par France Culture et qui, à partir des toutes premières cartes topographiques dressées en Afrique du Nord, raconte l’histoire de ces années au cours desquelles la France faisait tout son possible pour conforter et agrandir son territoire d'influence africain...

> Émissions de France Culture : Algérie, Naissance d’une nation


La famille, depuis Carthagène...

Au stade actuel des recherches, toutes les plus anciennes traces des aïeuls de la famille Sanchez proviennent de la ville de Carthagène en Espagne. Il semble donc bien que ce soit la ville d'origine de la famille, tout au moins à partir des années 1850, point le plus reculé auxquel conduisent les informations généalogiques disponibles.

L'histoire de Carthagène, elle, nous fait remonter à quelque 2 000 ans en arrière. En effet, c'est pendant les Guerres Puniques - qui opposèrent Rome et Carthage -, en 227 av. J.C., qu'un général carthaginois du nom d'Hasdrubal le Beau - et qui n'était rien de moins que le beau-frère d'Hannibal - fonde une ville à laquelle il donne le nom de Qart Hadast (ce qui veut dire Ville Nouvelle) afin de s'assurer le contrôle de la péninsule Ibérique. Cela ne durera pas car, quelques années plus tard, Scipion l'Africain, le général romain, conquiert la ville en 209 av. J.C. Il la renomme alors Carthago Nova (la Nouvelle Carthage) et en fait rapidement l'une des cités romaines les plus puissantes de la péninsule.

C'est donc ainsi que commence une longue histoire qui, vingt siècles plus tard, nous amène aux familles Pozo, Caparros, Casas, Pelegrin, Herrera, Baños, Canovas et Sanchez et qui, toutes, sont originaires de Carthagène !

> Article Wikipédia : Carthagène »


1858

Sans date : Naissance à Carthagène (Espagne) de Fulgencio Pozo. Il est le fils d'André Pozo et de Dolorès Caparros. Vingt-sept ans plus tard, il sera le papa de la Petite Mémé.


1859

Sans date : Naissance à Carthagène (Espagne) de Dolorès Casas. Vingt-six ans plus tard, elle sera la maman de la Petite Mémé.



1881

26 juillet : Publication, dans le journal « Le Gaulois », de l'article de Guy de Maupassant « Autour d'Oran ». Maupassant a 31 ans et il se sent attiré par l'Afrique : « par un impérieux besoin, par la nostalgie du désert ignoré, comme par le pressentiment d'une passion qui va naître ». Envoyé en reportage pour Le Gaulois, il quitte Paris le 6 juillet 1881 pour l'Algérie et commence aussitôt à envoyer ses articles.
« Le Gaulois » publie « Autour d'Oran » à la Une de son numéro du 26 juillet. C'est un texte à la fois dénonciateur de la situation des arabes d'Algérie et prémonitoire car Maupassant y annonce la guerre à venir...

> France Culture : Lecture de l'article « Autour d'Oran »


1884

28 novembre : Naissance à Carthagène (Espagne) de Rogelio Gregorio Sanchez. De nationalité espagnole, il est le fils de Maria Dolorès Pelegrin et de Victor Sanchez qui est piqueur en chaussures ; ses deux parents sont aussi nés en Espagne mais à des dates non connues. Dix-neuf ans plus tard, il épousera Dolorès Pozo, la Petite Mémé.

15 avril : Naissance de Maria Baños Canovas à San Pedro del Pinatar, sur la côte méditerranéenne dans la Province de Murcie (Espagne). Elle est la fille de Enrique Baños et de Joaquina Canovas, épouse Baños. Elle est de nationalité Espagnole et, comme cela est la coutume, son nom de famille est composé des deux noms de ses parents, Baños pour son père et Canovas pour sa mère. Même si, en France et en Algérie, la tradition est de supprimer le deuxième nom et de ne garder que celui du père, Maria conservera ces deux noms toute sa vie. C'est la future Grand Mémé.

En 1884, San Pedro del Pinatar est un petit village côtier situé sur la côte méditerranéenne à environ 30 kilomètres au nord de Carthagène. Il jouit d'une situation très particulière car il est placé à la pointe nord de la « Mar Menor », une vaste lagune d'eau salée séparée de la mer par une longue bande de terre habitée et qui rappelle la Lagune de Venise. Les vastes plaines de San Pedro del Pinatar ont également permis l'implantation de salines et de leurs moulins à vent. Le sel y est récolté à la main puis séché au soleil. La pêche y est également très active et abondante, soit au large avec les grandes barques à voile, soit au bord de la rive avec la technique traditionelle de « las encañizadas » (la pèche aux roseaux), qui se pratique sur toute la côte espagnole méditerranéenne et dont l'origine remonte à la période de l'occupation Arabe.

> Film : « En el Mar Menor », la pêche, les salines, les processions, durée 10 minutes


1885

Il n’existe pas de document ou d’information qui permettraient de dater avec précision l’arrivée en Algérie des aïeuls espagnols des familles Sanchez, Rodriguez, Calvet, Pozo, Baños et Pelegrin lorsqu'elles décidèrent de quitter leur pays. Mais les premières dates de naissance connues de leurs enfants permettent de situer ces mouvements dans les deux dernières décennies du XIXe siècle. Le premier événement familial identifié en Algérie est la naissance, à Oran, de Dolorès Pozo, le 22 janvier 1885 (voir ci-dessous).

Les documents sont nombreux qui indiquent à quel point il était naturel à cette époque, pour les Espagnols, d'émigrer en Algérie.
Ce texte nous le rappelle : « Depuis 1830, les Espagnols, originaires pour la plupart du Levant, affluent vers l’Algérie de manière quasiment ininterrompue, de 1830 jusqu’à la deuxième décennie du vingtième siècle, date à partir de laquelle ils préfèrent l’émigration vers l’Amérique Latine. En Algérie, ils se dispersent sur tout le territoire mais, plus encore, ils s’installent dans la région d’Oran où ils constituent le plus gros de la population européenne. Pour les années qui suivent, il est difficile de préciser l’importance numérique de cette population du fait de l’automatisation des naturalisations. Seule demeure l’abondance de noms à consonances hispaniques pour témoigner des origines espagnoles d’une grande partie de cette population européenne. D'ailleurs, « La Famille Hernandez » (une pièce de théâtre humoristique de la fin des années 50 sur la vie des Pieds-Noirs) deviendra le prototype littéraire de référence de la famille Pied-Noir. »

« En Algérie, la culture officielle cohabite avec les cultures d’origines. On écrit en français, mais on parle souvent dans la langue de ses parents et, à Oran, la langue dominante est l’espagnol. On lit avec plaisir les écrivains français, mais on cultive ses racines avec amour. Et si, sur le plan de la citoyenneté, les habitants de l’Algérie sont français, chaque minorité garde un mode de vie hérité de son groupe et vit dans un espace géographique mentalement fermé. » (Andrée Bachoud, « Les Espagnols en Algérie », 1999)

> Article : Andrée Bachoud, « Les Espagnols en Algérie : questions sur l'identité et sur l'intégration »

22 janvier : Naissance à Oran de Dolorès Pozo (la future Petite Mémé). Elle est la fille de Dolorès Casas, qui a 26 ans, et de Fulgencio Pozo, qui a 27 ans, tous deux sont de nationalité espagnole et ils ont dû immigrer en Algérie quelques années auparavant, en provenance de Carthagène.
Fulgencio est peintre en bâtiment et ils habitent rue du Vieux Château à Oran, chez la famille Suissa. Les témoins, pour la déclaration de naissance à l'État Civil, sont certainement deux collègues de Fulgencio. Il s'agit d'Émile Gausse, qui est charpentier, et de Joseph Beltran, qui est maçon. L'acte fait également mention du futur mariage qui unira Dolorès avec Rogelio Gregorio Sanchez, en 1903.



(La famille, de Carthagène) …jusqu'à Oran

La première trace avérée de la présence de la famille Sanchez en Algérie est donc la naissance de Dolorès Pozo, le 22 janvier 1885, à Oran. La ville d’Oran pourrait ainsi être le point d’entrée en Algérie de la famille en provenance d’Espagne. Il est donc utile de faire un petit point sur l’histoire des liens entre la ville d'Oran et l’Espagne…

Oran est située sur la côte ouest de l’Algérie, à proximité de la pointe sud-est de l'Espagne et à une distance de moins de 200 kilomètres par voie maritime. C'est en 1831, que les premiers français occupent la ville, mais son origine est bien plus ancienne. Si certains voudraient de la faire remonter à l’époque romaine - malheureusement sans preuves matérielles -, sa fondation est attestée dès l’an 902 et attribuée à la tribu berbère « Azdadja » ainsi qu'à des marins venus d’Al-Andalus, la partie de l'Espagne occupée à l'époque par les Berbères et les Arabes.

Ce n'est qu'en 1509 que les Espagnols débarquent à Oran, sous la conduite de Don Pedro Navarro et du Cardinal de Tolède, Francisco Ximénès de Cisneros, promoteur de l’expédition. Ce sont eux qui obtiennent le rattachement au siège archiépiscopal de Tolède, de la ville et de son territoire. Oran devient alors un « presidio » espagnol mais qui sera sans cesse assiégé et coupé du reste de l'Espagne, avant d’être finalement démantelé, à la suite du tremblement de terre de 1790, par un traité conclu le 12 septembre 1791 avec le Dey d’Alger. Néanmoins, les Espagnols marquèrent fortement leur présence, notamment par le développement de l’espace urbain et par la construction de nombreux ouvrages fortifiés, tel que le Fort de Santa-Cruz, construit entre 1577 et 1604 sur la colline de l'Aïdour qui domine la ville d'Oran.

Si l’Espagne quitte donc le pays sans l’avoir jamais véritablement colonisé, l’arrivée des Français à Oran, très exactement le 4 janvier 1831, lui ouvre les portes de la ville et même de toute l’Algérie. En raison de la proximité des côtes espagnoles, les Espagnols vont composer une partie importante de la population de migrants qui afflue alors. Rapidement, les Espagnols forment la première communauté étrangère du pays, passant, entre 1850 et 1889, de 50 000 à 150 000 individus. Entre 1875 et 1881, l’Algérie devient ainsi le pays étranger où résident le plus d’Espagnols, installés en Oranie et surtout à Oran même.

Pour contrebalancer l’infériorité numérique grandissante des Français, et par crainte d’irrédentisme, dans le sillage de la naturalisation collective des juifs d’Algérie de 1870, une loi de 1889 attribue la nationalité française à tous les enfants d'étrangers nés en France — l’Algérie ayant été déclarée partie intégrante du territoire français en 1848. Ainsi, à bien des égards, la présence espagnole a déterminé la présence des Français en Algérie, marquant à tous les niveaux — notamment linguistique — le pays et son histoire jusqu’à l’indépendance de 1962. À cette date, la population européenne se retirera du pays pour s’installer, dans sa grande majorité, en France. Avec elle, l’Espagne et la France quitteront l’Algérie mais, malgré tout, elles lui resteront intimement liées.

> Article Wikipédia : Histoire d'Oran


1888

L'histoire des origines du nom de la ville d'Oran est obscure et les avis sont loin d'être unanimes. Les recherches ont été nombreuses et aucune trace écrite n'est retrouvée avant le XIVe siècle, date à laquelle le mot « Oran » apparaît écrit sur un document Génois, daté de 1384. Avant cette date, les conjonctures sont multiples sur la manière d'écrire et de prononcer le nom de la ville lui-même. La transcription la plus couramment admise, depuis les langues anciennes et leur transciption écrite « Libyque » (apparentée au phénicien ou à l'hébreu ancien), est celle de « Ouahrân » ou « Wahran ». La prononciation est un peu difficile pour des non arabes car elle comporte à la fois le son guttural « h = ﻫ » et le son roulé « r =ﺭ », dans le mot « Ouarhan = ﻮﻫﺭﺍﻥ ». Cela a donc conduit à simplifier le nom en « Oran » dans lequel « O » se prononce « ou » et « an » se prononce « ane ».

Nombreux sont également ceux qui s'accordent pour relier ce nom à la manière ancienne de nommer un animal qui était répandu en Algérie en ces temps-là : le lion. Lions des montagnes, lions venant se désaltérer et chasser dans les rivières, lions de la « Montagne des Lions » qui domine Oran sur sa partie Est, ce sont eux que l'on retrouve dans les armoiries de toutes les époques.

Mais, surtout, c'est de ces lions dont parle le grand Cervantès à plusieurs reprises ! Voici, par exemple, ce qu'il écrit dans « El Ingenioso Hidalgo Don Quijote de la Mancha », 2e partie, chapitre XVII :
Sur ces entrefaites, le char aux banderolles arriva. Il n’y avait d’autres personnes que le charretier, monté sur ses mules, et un homme assis sur le devant de la voiture.
Don Quichotte leur coupa le passage, et leur dit : « Où allez-vous, frères ? Qu’est-ce que ce chariot ? Que menez-vous dedans, et quelles sont ces bannières ? »
Le charretier répondit : « Ce chariot est à moi ; ce que j’y mène, ce sont deux beaux lions dans leurs cages, que le gouverneur d’Oran envoie à la cour pour être offerts à sa majesté, et les bannières sont celles du roi, notre seigneur, pour indiquer que c’est quelque chose qui lui appartient.
— Les lions sont-ils grands ? demanda Don Quichotte.
— Si grands, répondit l’homme qui était juché sur la voiture, que jamais il n’en est venu d’aussi grands d’Afrique en Espagne. Je suis le gardien des lions, et j’en ai conduit bien d’autres ; mais comme ceux-là, aucun. Ils sont mâle et femelle ; le lion est dans la cage de devant, la lionne dans celle de derrière, et ils sont affamés maintenant, car ils n’ont rien mangé d’aujourd’hui. Ainsi, que votre grâce se détourne, et dépêchons-nous d’arriver où nous puissions leur donner à manger. »

N'oublions pas que pendant cinq années, entre 1575 et 1580, Cervantès a été maintenu prisonnier à Alger après qu'il ait été capturé en mer par des corsaires algériens. C'était un prisonnier de marque et à la forte valeur d'échange. Il était donc relativement libre de ses déplacements et il en a développé une grande connaissance de l'Algérie du XVIe siècle ainsi que de la ville d'Oran, où il a séjourné, et qu'il cite à plusieurs reprises dans ses écrits.

> Article : Alger et Oran dans la mémoire de Miguel de Cervantès

> Article Wikipédia : L'Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche, 2e partie, chapitre XVII, texte intégral

Il faut également rappeler que le lion dont parle Don Quichotte et auquel il réve de s'affronter, est le fameux Lion de l'Atlas, le plus puissant des félins, celui qui porte la plus belle crinière et que l'on nomme Roi des Animaux (et non le Lion d'Afrique qui est plus petit). C'est le Lion de l'Atlas qui s'était rendu célèbre dans les arènes romaines en affrontant les Gladiateurs et en martyrisant les premiers Chrétiens. Il est aussi surnommé Lion de Barbarie ou Lion de Nubie et son nom scientifique est « Panthera leo leo ». Aujourd'hui disparu, le Lion de l'Atlas faisait le bonheur des photographes de cartes postales algériennes du début du siècle et il semblerait que le dernier spécimen vivant ait été vu en 1956...

> Article : Le lion de l'Atlas

Il n'en fallait pas plus pour que les autorités françaises d'Algérie décident d'orner la façade du somptueux Hôtel de Ville d'Oran, inauguré sur la Places d'Armes en 1886, de deux Lions de l'Atlas monumentaux en bronze qui, aussitôt, font la fierté des Oranais. Ils sont commandés au sculpteur animalier français Auguste Cain, fondus à Paris et installés en 1889. Et peu importe s'ils ressemblent fort aux quatre lions de bronze que le même Auguste Cain a installé sur façade de la rue Lobeau de l'Hôtel de Ville de Paris. Ils deviennent immédiatement le symbole de la ville d'Oran et de son glorieux passé sauvage !

> Article : Farid Benramdane, « De l'étymologie de Wahran »

> Article : Auguste Cain, sculpteur animalier


1889

26 juin : Mise en oeuvre de la réforme du Code civil français qui accorde désormais la nationalité française à tous les étrangers qui résident en Algérie. Le jus soli (droit du sol) attribue également de manière automatique la nationalité française à tout enfant d’étranger né en territoire français. Mais cela ne concerne pas les algériens musulmans... Ce sera l’une des nombreuses causes du sentiment d’injustice que la communauté indigène développera et entretiendra vis à vis des « colons ».

> Article Wikipédia : Nationalité française, le cas de l'Algérie

> Article : Migration des Espagnols en Oranie : 1830 - 1962


1893

28 juin : Décès de Fulgencio Pozo, époux de Dolorès Casas et père de Dolorès Pozo, à l'hôpital civil d'Oran. Il est agé de 38 ans, son épouse a 34 ans et sa fille Dolorès a 8 ans. Selon l'acte, ses parents André Pozo et Dolorès Caparros sont déjà décédés à cette date. Les témoins qui déclarent le décès à l'État Civil sont : Léon Bertrand, employé, agé de 56 ans, et Hubert Dominique, sans profession, agé de 69 ans.



1894

Sans date : C’est dans les pépinières d’un orphelinat situé à 15 km au sud d’Oran que voit le jour un fruit nouveau qui allait être promis à un bel avenir : la clémentine. Le frère Clément (de son vrai nom Vital Rodier), son « inventeur », était le directeur des cultures de l'orphelinat agricole des Petits Frères de l'Annonciation de Misserghin, tenu par les Pères Blancs, et c’est au cours d’une visite du botaniste français Louis-Charles Trabut que celui-ci découvre que le verger produit une mandarine nouvelle qu’il pense provenir d’une hybridation entre le mandarinier et un arbre voisin, le bigaradier (ou oranger de Séville), qui produit une orange amère utilisée, par exemple, pour produire l’essence de fleurs d’oranger, qui se consomme en confitures ou qui parfume le Cointreau ou le Grand-Marnier.

Ce fruit nouveau est promis à un bel avenir en raison de sa douceur et de son absence de pépins. Le botaniste, voulant rendre hommage à son créateur, le frère Clément, lui donne alors le nom de « clémentine ». Toutefois, la clémentine issue de l’hybridation d’origine de Misserghin a disparu depuis quelques décennies et de nombreux spécialistes ont tenté de retrouvé le fruit d’origine, avec plus ou moins de réussite. C’est, pour cette raison, qu’il existe actuellement de nombreuses variétés de clémentines différentes et qu’il nous appartient, à présent, de comparer pour tenter de retrouver la meilleure ! Enfin ? si ce monsieur Trabut avait eu l’idée de nommer ce fruit la « Misserghine », pour rendre hommage au lieu de sa naissance, plutôt que la « Clémentine », pour rendre hommage au frère Clément, cette petite ville serait à présent célèbre !

> Article Wikipédia : Clémentine

> Article Wikipédia : Louis Charles Trabut


1897

Sans date : Dolorè Pozo, âgée de 12 ans, fille de Dolorès Casas, épouse Pozo, qui est veuve depuis 4 ans, doit travailler comme servante chez des particuliers pour aider financièrement sa maman.
Dans ses « Mémoires d’un Pied-Noir », Armand Sanchez écrit : « L’on était très pauvres dans sa famille et elle devait aider sa mère qui n’avait plus d’époux et qui travaillait comme cigaretière dans une fabrique où l’on confectionnait les cigarettes à la main. Cette marque existe toujours, elle est devenue d’une grande renommée et j’en fume moi-même et, souvent, en me délectant de leur fumée, j’ai une pensée pour elle. »

En Andalousie, région d’origine de la famille Pozo où l’on produit du tabac, cigaretière (ou cigarière) est un métier féminin très courant, comme le montre, par exemple, la Carmen de Prosper Mérimée ou de Bizet, gitane de Séville, qui travaille à la manufacture de tabac de la ville.

En Algérie, c’est l’arrivée de Juan Bastos à Oran à la fin du XIXe siècle qui crée les bases de ce qui sera la plus grande manufacture de tabac d’Afrique du Nord. Bastos emploie alors un personnel quasi exclusivement féminin et espagnol, ou d’origine espagnole, et devient l’une des premières sources d’emploi local (près de 2 000 employées avant la première guerre mondiale) et la première industrie naissante du centre de la ville.
Armand fumait des Bastos.

> Article : « Juan Bastos, une trajectoire originale de réussite »


1899

Sans date : Mariage à Oran de Maria Baños Canovas et xxx Ross. Ils auront six enfants, nés entre 1900 et 1909 : Gaspard, Louis, Isabelle, Vincent, Antoine, Manuel. Maria a 15 ans.


1902

6 novembre : Naissance à Carthagène (Espagne) d’Antonio Herrera. Il sera le papa de Christiane Herrera, la future Tata Christiane.



1903

21 mars : Mariage à Oran de Dolorès Pozo et Rogelio Gregorio Sanchez. Ils ont tous deux 18 ans et s'installent au 23 rue du Fondouk. Les témoins du mariage sont : Salvador Morales, 30 ans, ébéniste ; Manuel Pelegrin, 25 ans, cordonnier ; Santiago Carrasco, 29 ans, cordonnier ; Antonio Garcia, 25 ans, ébéniste, tous domiciliés à Oran.

24 juillet : Naissance à Oran de Victor Sanchez, le premier enfant de Dolorès et Rogelio Gregorio Sanchez. Ils ont 18 ans. L'acte de naissance, réalisé en date du 27 juillet, mentionne que le bébé est présenté à l'officier d'État civil et que ses parents résident au 22 rue de la Bastille à Oran. La profession de Rogelio est piqueur de chaussures et Dolorès est déclarée sans profession. Les témoins de l'acte sont : Léon Amram, cordonnier agé de 52 ans, et Santiago Carrasco (qui avait déjà été témoin du mariage le 21 mars), également cordonnier et agé de 31 ans (sur l'acte précédent, établi quatre mois avant, il déclarait avoir 29 ans...).
L'examen des dates de mariage (21 mars) et de naissance de leur premier enfant (24 juillet) indique que Dolorès était enceinte de cinq mois lorsqu'elle a épousé Rogelio. Cela est certainement la raison pour laquelle ils se sont mariés si jeunes.
Malheureusement, le petit Victor décèdera prématurément le 5 août, douze jours après sa naissance.

> Article : Jacques Dupâquier, « Pour une histoire de la prématurité »


1904

11 août : Naissance à Oran d’Angèle Sanchez, deuxième enfant de Dolorès et Rogelio Gregorio Sanchez. Ils ont tous deux 19 ans (même si, lors de la déclaration de naissance en mairie, Rogelio déclare avoir 21 ans...) et ils n'auront pas attendu pour avoir un deuxième enfant puisque Angèle est née 13 mois après leur enfant précédent, Victor, décédé peu après sa naissance). A cette date, la famille Sanchez habite au 22 rue de la Bastille à Oran.


1906

18 mai : Naissance à Oran de Dolorès Sanchez, troisième enfant de Dolorès et Rogelio Gregorio Sanchez (Victor, le premier est décédé). Ils ont tous deux 21 ans. A cette date, la famille Sanchez habite au 36 rue Philippe à Oran.

26 août : Naissance à Azazga de Raphaël Rodriguez, fils de Jean Rodriguez, boulanger, et de Marie Canovas Perez , sans profession. Il sera le premier mari de Thérèse Calvet.



1908

29 janvier : Naissance à Oran de Madeleine Sanchez, quatrième enfant de Dolorès et Rogelio Gregorio Sanchez (Victor, le premier, est décédé). Ils ont tous deux 23 ans.


> Épisode suivant

> Sommaire général